Comme une petite envie...

Challenge 30: au tricot !

Hello tout le monde !

Gros fail ce challenge tricot. Et pourtant, tricoter à la base, j’adore.

J’ai appris à tricoter en 6ème au cours d’un atelier tricot qui était proposé à la cantine du midi. Je me souviens de la joie de ma grand-mère et de ma mère a l’idée que je m’intéressais enfin à une de leur passion commune (enfin, surtout ma grand-mère, ma mère avait, elle, une prédilection pour le crochet).

Je revois encore cette boutique où nous étions allée ma mère et moi acheter mes 1ères aiguilles (quand je pense au stock de toutes tailles récupérées il y a 10 ans chez ma grand-mère, ça me fait marrer d’avoir été en racheter, passons) ainsi que la laine nécessaire à mon premier gros projet. Un pull torsadé. Ambitieuse quand même. Je revois très clairement la couleur brique, le mohair mousseux. J’ai fait mon pull. Un doudou en forme de lapin que je revois aussi très clairement. Tellement que je l’ai reproduit il y a quelques années pour Maxime. 2 – 3 bricoles peu mémorables ensuite. Et puis, j’ai arrêté le tricot.

Jusqu’au jour où, 33 ans bien sonnés, un petit garçon bien au chaud dans mon ventre, je me suis surprise à caresser les pelotes du magasin Phildar qui était juste à côté de la boutique où je travaillais. La responsable étant une bonne collègue, je me suis mise à lui raconter mes souvenirs de tricots. Et elle de me sortir les magazines de tricot facile pour bébé. Je me suis sentie monter l’envie de fabriquer pour mon loulou un nid douillet de mes petits doigts à moi. Et me revoilà à la case départ. Prête pour le nid d’ange. Point endroit, point envers. La passion est revenue. J’ai enchainé avec des petits chaussons, des bonnets, bref plein de petits trucs trop mignons pour tenir chaud à mon bébé lorsqu’il sortirait. J’ai passé mon 1er jour de congés mat (ô joie du 1er enfant où, à part regarder mon ventre, je n’avais pas d’autres obligations à côté) à tricoter du lever au coucher devant la TV, bien au chaud sous une couette, sur mon canapé transformé pour l’occasion en lit pour baleine échouée.

La couture est ensuite passée par là, et j’ai alternée mes projets coutures et tricots, voir les 2 en 1 parfois. Il fut un temps où je ne pouvais pas regarder la télé le soir si je n’avais pas un tricot dans les mains.

Mais depuis quelques temps, bien que toujours accro aux belles pelotes, la fatigue m’a entrainée vers un « rien faire » et je m’endormais systématiquement à peine les fesses posées.

Et donc, là, le challenge tricot arrive.

20200729_204617

Je suis depuis le début de l’été sur un projet tricot de débardeur en coton. Bon, déjà, 1er gloups, la taille des aiguilles. 2,5. Pour celles à qui ça ne parle pas, ce sont les aiguilles de grands-mères toutes fines pour des petits rangs bien serrés. Donc le projet est très très looooong à monter. Tu as beau faire des rangs, tu as l’impression que rien n’avance.

Donc là, motivée. Les enfants sont en vacances, je suis en mode rien à préparer, ce qui me permet de me poser plus tôt le soir. Je me trouve une série sympa à regarder, mon tricot est avec moi, c’est parti. Ayé je baille. On ajoute à ça une bonne dose de myopie avec des verres de lunettes bien rayés et là, je galère. La journée, je suis en mode lentilles. Le soir, en mode lunettes. Sauf que, de près avec mes loutch, j’y vois que tchie ! Donc je dois les enlever pour tricoter. Mais là, je vois plus l’écran. Donc je remets mes lunettes si le son ne suffit pas à suivre l’histoire. Donc je retente le tricot avec mes lunettes. Mais je lâche la maille. Ah et j’ai fait l’augmentation ou pas ? Merde, un rang sur 2 et là j’ai refait le rang avec l’augmentation. Oh non, le surjet a lâché. Bon j’enlève mes lunettes. Quoi ? il a dit quoi ? attends je remets mes lunettes et remets la série en arrière. Merde, j’ai lâché ma maille.

Voilà le résumé de ma semaine tricot. Pourtant la semaine, j’ai tenu bon, allant jusqu’à faire un rang en rentrant d’une soirée boulot à 23h30…

Le weekend est arrivé. Les enfants aussi (youhou !). Et ras-le-bol, en plus c’est de coudre là dont j’ai besoin, j’ai ma to do list avant vacances à finir !

WhatsApp Image 2020-07-29 at 12

Donc j’ai lâché !

Bilan, j’ai fait 16 rangs dans la semaine, la honte ! Mais bon, j’ai fait de mon mieux alors, en juge de moi-même, je m’accorde le bonus suivant :

-          « Sylvie ! Ton challenge sera réussi si et seulement si tu tricotes au moins 1 jour sur 2 pendant toutes tes vacances !

-          Ok Sylvie, je relève le défi ! »

Et bien, tu sais quoi, cher tricot, OK, je n’aurais pas ce débardeur cet été. Soit. Mais tu vas voyager quand même. Je vais te trimballer à la campagne, à la montagne et à la mer. Tu vas voir du pays. Mais j’aurai ta peau ! Je me vois déjà, le soir, les enfants dormant, avec Cha, posées toutes les 2 à rire et tricoter. Je savoure d’avance !

Cha, j’espère que tu as prévu du tricot parce que là, t’as plus le choix !!!

Et cette semaine, nouveau challenge : le yoga du rire (avé les enfants of course !)

Posté par Sylvien5 à 20:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Challenge 29: faire mes propres affirmations positives

Bonjour à tous,

Petit retour rapide sur mon challenge de la semaine dernière : écrire mes propres affirmations positives.

20200531_163245

Je suis plutôt ravie de ma semaine. Les affirmations positives sont pour moi un outil très efficace. Je constate de réels changements dans ma confiance en moi et dans ma façon d’être quand je pratique régulièrement cet exercice. Souvent, les pratiques commencent par une détente corporelle rapide puis on enchaîne sur la répétition des affirmations.

Je tourne avec plusieurs vidéos sur You Tube (celle-ci, celle-là ou encore ici). En parallèle, je me suis inscrite à la newsletter de Jenna Blossoms, une jeune coach en développement personnel et spirituel. Je suis depuis plusieurs années ses vidéos de médiations guidées, et j’ai commencé à m’intéresser aux autres thèmes qu’elle aborde et suis ainsi tombée sur son site. Dans la 2nde newsletter que j’ai reçue, elle propose un exercice pour écrire ses propres affirmations positives. Pour ceux que l’exercice rebute, elle propose une version complète et payante qui dure 1/2h. Elle conseille de les écouter non seulement au réveil ou au cours d’une méditation, mais aussi sur des temps où l’esprit n’a pas forcément besoin d’être centré sur ce qu’il fait, comme faire la vaisselle, dans les transports en commun etc. Cette approche me parle bien. Cela faisait longtemps que je me disais qu’il faudrait que je fasse les miennes pour vraiment les adapter à ma situation. Et là, sujet de challenge check ! Je ne vais pas que les écrire, je vais aussi les enregistrer.

J’ai pris comme base de départ la liste des thèmes qu’elle aborde dans sa version payante soit :

  1. Faire les bons choix
  2. Confiance en vous
  3. Lâcher prise & libération des peurs
  4. Gratitude
  5. Paix
  6. Mission de vie
  7. Travail
  8. Relations
  9. Famille
  10. Amour
  11. Lieu de vie
  12. Argent
  13. Santé
  14. Alimentation
  15. Sport

J’ai d’abord pour chacun des thèmes écrit une ou deux affirmations qui faisait sens pour moi. Puis, j’ai écouté et lu au fil des jours plusieurs méditations et j’y ai relevé celles qui me parlaient (beaucoup en fait).

Une fois ce travail fait, j’ai classé par thème les différentes phrases que j’avais relevées. J’ai supprimé les doublons, écarté celles qui finalement ne me parlaient pas, ajouté des sujets qui me tenaient à cœur. J’ai au final relevé plus de 80 affirmations positives.

WhatsApp Image 2020-07-21 at 10

J’ai sélectionné une musique à 432 hertz (je ne le ferai pas ici mais petit sujet fort intéressant à creuser d’ailleurs sur le pourquoi du comment les accordages qui étaient avant 1939 à 432hz ont été imposé à 440hz) et dimanche, j’ai enregistré mes affirmations. 11 minutes et 32 secondes d’enregistrement. Ce travail est très personnel, je ne mets pas de lien, mais je suis ravie.

Il est très bizarre d’écouter ma propre voix. Mais je sens que c’est important et que cela est encore plus fort que quand j’écoute une personne et que je répète derrière. Je pense que je reviendrai fréquemment sur certaines affirmations car, maintenant que ma base est prête (et pour ça il me fallait bien la semaine), je sais que je n’aurai plus qu’à adapter en fonction de mes besoins.

Qui se lance ?

Et cette semaine, je reprends le tricot !

Dentifrice et huile pailletée maison

Hello tout le monde,

 Charlotte, ce post est pour toi Emoji

Ce matin, j’ai refait vite fait mon dentifrice et mon huile pailletée, j’ai pensé à prendre les photos, alors je partage. Bon par contre, mes recettes se font en à peu près au pif… J’étais au début de mes expérimentations très consciencieuse, je suivais les recettes au gramme près. Sauf que au bout de 4 ou 5 ans de slow cosmétique, je connais les propriétés des produits que j’utilise, qui me conviennent surtout, et j’ai un placard assez bien fourni. Au-delà de l’aspect santé, écologique etc. il y a un vrai côté budget dans le sens où mes produits me durent super longtemps. Pour exemple la fragrance moorea, je l’ai depuis le début et il s’agit de mon 2nd flacon. Je l’ai beaucoup utilisée au début vu que je l’utilisais pour parfumer mon gel douche (une base lavante neutre). Mais je suis depuis passée au savon solide donc je ne l’utilise plus que quelques gouttes par-ci par-là. Je me fournis majoritairement chez Aromazon car c’est chez eux que le rapport qualité- prix a été le plus adapté pour moi pour commencer. Dans l’idéal, j’aimerai me fournir maintenant au fur et à mesure chez des petits producteurs pour les matières premières. On en trouve sur le site Slow cosmétique qui est une plateforme collaborative qui rassemble plusieurs marques et artisans certifiés. Voir directement à des producteurs autour de moi (j'ai rencontré une productrice d'huiles essentielles sur un salon, j'ai aussi la soeur d'une en qui en fait donc ... Je commence doucement, mais là le budget est vraiment différent. L’avantage d’avoir déjà un bon placard est que je n’ai besoin de me réapprovisionner que de temps en temps. Et puis aussi, je réduis de plus en plus les différentes huiles maintenant que je sais lesquelles me sont le plus adaptées. Ah et autre fournisseur pour moi, le rayon huile  de cuisine des magasins bio, où parfois le prix au litre est vraiment beaucoup plus intéressant. Et c’est la même….

Recette du dentifrice :

20200719_111359

J’ai tout testé, du dentifrice en poudre, au solide, au bicarbonate, au charbon noir etc. Je change la compo et l’aspect selon mon humeur mais un des ingrédients qui est tout le temps présent est la poudre de siwak. Il s’agit d’une racine d’arbre utilisée comme brosse à dent en Inde et en Afrique. Elle a des propriétés nettoyantes et assainissantes, elle protège et apaise aussi les gencives.

Alors pour ce mélange, j’avais envie cette fois d’une sorte de pâte. J’ai mélangé:

- 3 cuillères à café (cac) d’argile blanche (purifiante et astringente),

- 1 cac de poudre de Siwak,

- 1 pincée de bicarbonate de soude (abrasif doux, il lutte contre la plaque dentaire, là le mien est médical donc très fin, il peut être remplacé par du blanc de Meudon pour les dents sensibles)

- un peu d’huile de coco (antibactérienne) jusqu'à avoir la consistance pâteuse que je voulais. J’ai lu que, sur plusieurs îles, on utilise des bains de bouche d’huile de coco en guise de lavage des dents. Je vous résume vraiment les propriétés de ces produits, ils mériteraient chacun un article. Mais on en trouve plein sur internet, alors si ça vous intéresse…

- 3 gouttes d’huile essentielle de citron. Totalement optionnelle, bien que ce soit un excellent antitartre et blanchissant, je l’ai mise car les enfants aiment bien l’odeur. Quand le dentifrice n’est que pour moi, j’aime bien sinon y mettre de la menthe poivrée. Mais celle-ci est déconseillée avant 7 ans et la citron est open dès 1 an. Ce dentifrice est totalement adapté aux enfants. Je ne reviendrai pas ici sur la composition des dentifrices, ni sur les débats autour du fluor. Je me suis fait mon avis qui m’est propre, je pense que c’est à chacun de faire ses propres choix, en conscience.

20200719_111904

Ce dentifrice va me suivre en vacances, très économique, je devrai être tranquille jusqu’à fin aout. Pour l’appliquer, on ne plonge pas nos brosses à dents dedans, on utilise une petite spatule, sinon bonjour les microbes, l’action antibactérienne tu l’oubli.

20200719_112230

Recette de l’huile pailletée.

20200719_113220

Alors elle, c’est ma chouchou de l’été. Pour la faire, 0 prise de tête. Je prends les huiles que j’ai. Tu peux en prendre même juste 1 si tu veux, le principal étant qu'elle soit adaptée à tes besoins. En général, je prends toujours du jojoba mais là elle est à la mer avec les enfants, donc j’ai sorti ce que j’avais. Dans un flacon en verre recyclé (j’ai une collègue de boulot qui se débarrasse chez moi), j’ai mis à part égale :

-        De l’huile de coco (la même que dans le dentifrice) car elle est aussi : apaisante, hydratante, nourrissante. Elle protège aussi du soleil (sans être une crème solaire faut pas abuser). Je l’utilise partout celle-ci, sur mes cheveux en bain d’huile, en cuisine aussi… Le seul endroit où je ne l’applique pas est le visage car elle peut être comédogène et ça, ça va, j’ai pas besoin d’aide pour avoir des points noirs merci !

-        De l’huile de macadamia : assouplissante, nourrissante et réparatrice, elle et très proche de l’huile d’amande douce et pénètre facilement. Je l’utilise aussi en démaquillant en alternance avec la jojoba

-        D’abricot : anti-âge et assouplissante, elle protège la peau de la déshydratation, une de mes huiles phares en été

-        De pépins de raisin : pleine d’antioxydant, elle est recommandée pour lutter contre le vieillissement cutané. J’ai une vraie peau de croco l’été, et elle est vraiment un plus pour moi. C’est une huile sèche aussi, la coco étant elle très grasse, je mélange avec des huiles qui pénètrent bien pour compenser.

Voilà pour le mélange d’huile, j’y rajoute 15 – 20 gouttes de moorea (Mélange de substances aromatiques 100% naturelles dont l’odeur ressemble au monoï) et une pointe de couteau de mica or (poudre minérale naturelle). Je secoue et j’ai mon huile pailletée personnelle.

20200719_113410

20200719_113618

En fait, ce que je trouve top avec la slow cosmétique, c’est de pouvoir adapter chaque soin à soi. Et bien sûr, connaitre à 100% ce que l’on se met sur la peau.

Qui tente de faire ses produits ici ?

Les cadeaux de fin d'année

Bonjour à tous,

Je continue à rattraper mon retard, je voulais vous partager un tuto trouvé sur YouTube pour faire des sacs pliables. Je les ai testés à l'occasion des cadeaux de fin d'années aux maitresses (plus deux animatrices du périscolaires). J'aime mettre les enfants à contribution en leur faisant faire eux-mêmes le cadeau, mais cette fin d'année endeuillée ne m'a pas permis d'y consacrer le temps prévu.

Je leur ai fait quand même choisir les tissus. Alors autant Maxime, pas pénible, a choisi (sous mes conseils bien tournés hey hey hey) de bons cotons bien faciles à coudre, Autant ma fille n’a rien voulu entendre, j’ai dit choisi, et bien elle a choisi. Des tissus fluides, bien glissants, parfait quand on a du temps ! Ils avaient aussi leurs cartes à planter (j'en parle ici). J'ai garni les sacs de tablettes de chocolat et de thé vert, les équipes avaient bien mérités leurs cadeaux de fin d'année !

Les enfants ont rajouté dans les sacs leurs bricolages en pâte auto-durcissante, Camille a même fait rapidement des bougeoirs (c'est sa spécialité en cadeau vite fait). Et hop, emballé c’est prêt. Enfin, je dis hop… M’y étant mise à la dernière minute, j’ai passé une nuit à faire les sacs, couchée à 3h du mat, ça piquait les yeux au réveil.
Mais je suis ravie du résultat, et surtout, les maitresses et les 2 animatrices l’étaient vraiment.

20200701_004203Ouvert

20200701_004107Fermé

20200701_004304

20200702_073741

20200702_073953Camille en plein entrainement de démo pliage pour ses cadeaux

Tous les tissus viennent de mon petit stock (hum). Le blanc brillant est une chute que j'ai optimisé à fond. Je n'ai racheté que les sangles pour gagner du temps, et j'ai bien fait, surtout qu'il m'en reste pour moi et qu'elles brillent ah ah ah

Le tuto (clic ici) est vraiment très simple, j’adore l’idée de l’élastique à la place du bouton (et quand on en fait à la chaîne, c’est un beau gain de temps aussi). J’ai prévu d’en faire d’autres parce que oui, je veux et en offrir, et en faire pour moi. Et comme mes journées font 48h… no comment ! Je vais en faire, c’est écrit sur mon bullet à la page projet à faire, donc je vais le faire (je note d’ajouter une section « j’ai le temps de coudre, tricoter, crocheter, perler, dessiner, créer quoi ! », à ma liste d’affirmations positives !)

Cette chaine Madalena Couture est une belle découverte pour moi. Habituellement je préfère les tutos écrits, mais là j’ai kiffé. Je vais même me faire mon sac de l’été (oui je suis à la bourre, mais départ en vacances dans 2 semaines, soit un peu plus de 16 nuits, je suis laaaarge !) via un de ses tutos. J’en ai sélectionné quelques-uns, le plus dur est de trancher.

Je vous montrerai ! (là c’est psychologique, je l’écris ici, donc je suis obligée de le faire, voilà !)

 

Posté par Sylvien5 à 11:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Challenge 28: 1 jour - 1 soin

Et oui, 2nd message du jour, je vous ai dit que j'étais à la bourre. Celui-ci devrait être rapide. Enfin, je dis toujours ça et puis je dérive donc on va voir. Il est 20h12, on va voir à quelle heure je poste lol

Donc, la semaine dernière, j'ai suivi une suggestion de Charlotte et je me suis fait une semaine : 1 jour- 1 soin. Ça va, le concept est clair, je n'ai pas besoin d'expliquer plus je pense.

Alors autant vous dire que j'ai faillit plusieurs fois zapper et me retrouvais le soir en me disant: oups mon soin du jour... Et là, ça craint. Mais c'est bon, j'ai fini par m'y mettre et j'ai même repris du plaisir à le faire. Il faut avouer que, depuis quelques temps, je me contente du basic démaquillage à l'huile le soir, et re un coup d'huile le matin. Depuis le début du confinement, mon maquillage est resté dans sa boite et je ne me suis fait aucun soin hormis les bains d'huiles et lavages des cheveux (j'utilise pour cela des poudres et depuis peu j'alterne avec un shampoing solide trop top). Et un masque à l'argile quand, par hasard, il en restait d'un cataplasme prévu de base pour soigner une douleur à l'un des membres de la maison.

A ça y est, je sens que je vais digresser. Alors il faut quand même que je pose ici que les soins et tous les autres produits en cosmétique que j'utilise depuis maintenant quelques années sont exclusivement soit des produits home made, préparés à partir de matières brutes, soit des pains de savons. Je me suis retrouvée un jour avec le livre de Julien Kaibeck "Adoptez la slow cosmétique". J'étais déjà dans une démarche d'achat réfléchi et raisonné sur l'alimentation. Et là, moi qui entretenais dans ma salle de bain des produits et marques de toutes sortes, que ce soit en maquillage, soins, shampoings etc. j'ai pris une grosse claque. La composition des produits Emoji Je ne parle même pas en terme de plastique lié à l'emballage non. Juste la compo ! Je ne comprends même pas comment on peut autoriser de nous vendre de tels produits dangereux pour notre santé. Et même certains appels green sont en fait de vraies arnaques. "99,99% des produits naturels de ce soin sont d'origines biologiques* " * ce produit contient 5% de produits naturels (c'est quoi le prorata de produits chimiques du coup ?). Et quand j'ai commencé à regarder les étiquettes des produits que j'avais déjà, certains tout juste entamés, j'avoue avoir eu un moment de panique. Je cuisine, bio en majorité. Je fais attention à mon impact écologique. Je me suis fait chier à mettre mes enfants en couches lavables pour éviter toutes les conséquences liées aux jetables (écologique, santé, et prix il faut le dire aussi). Et je me lave les cheveux avec du pétrole... Pire, je lave mes enfants avec des produits « spécial enfant » qui contiennent des substances chimiques reconnues dangereuses, et pleines de produits chimiques et de perturbateurs endocriniens !  Et qui affichent: naturels, sans danger, allez-y les gens, viendez acheter nos supers produits, ils sont chers, ils sont donc efficaces, allez viendez donc ! Ah oui, j'ai le cheveu brillant. Mais à quel prix ? Pour moi, pour mes enfants, pour ma planète ? Bref, grosse claque. Je n'ai pu, ni me résoudre à finir ces produits, ni à les donner (je ne peux pas donner de la merde colorée, pas possible !). Et depuis, ma salle de bain se résume à des huiles (végétales, essentielles), des savons solides à la compo contrôlée, de poudres lavantes pour mes cheveux. J’ai une base lavante neutre pour les shampoings des enfants mais je vais la remplacer dès la bouteille finie par du shampoing solide (le même que le mien). Et non seulement je suis plus en accord avec moi-même, mais en plus mon porte-monnaie est ravi de la différence. Les matières brutes durent vraiment longtemps, j’ai cumulé au fil des années plusieurs huiles différentes qui me permettent de vraiment adapter mon soin en fonction des besoins de ma peau ou de mes cheveux. Au début, je m’amusais à faire des recettes. Maintenant, je fais des mono dose sans m’embêter avec des préparations. C’est le système qui me convient.  Je remplace mes maquillages (seule chose que je n’avais pas jeté car pas les moyens de les remplacer directement) au fur et à mesure qu’ils se terminent et le plus souvent ils me sont offerts pour mon anniversaire (merci Agnès ). La transition capillaire a sans doute été la plus longue pour moi, il a fallu que mes cheveux se détoxifient; ma peau a eu des poussées de boutons aussi. Mais ça n'a pas duré trop longtemps et, depuis, je vois la différence. Il y a de plus en plus de blogueuses et d'instagrameuses qui expliquent ces transitions, et si ça vous parle, je vous conseille d'aller voir leurs pages. J'espère juste qu'elles influenceront nos enfants en bien, car cette poussée vers la conso à tout prix de produits Emoji n'est pas prête de se calmer. Mais j'ai l'espoir !

Allez, j’ai bien digressé, c’est parti pour ma semaine.

Lundi, je me suis vernis les ongles des pieds. J’adore avoir les ongles vernis l’été, je n’avais pas encore sortie mes couleurs. J’en ai encore des cracras que je vais finir (je ne sais pas pourquoi ça me dérange moins sur les vernis lol ). Il s’agit là d’un vernis Avril, marque française, vegan et non testée sur les animaux, à la compo clean, tenue bien couvrante. Sur les mains, je trouve qu’ils durent moins que des marques plus cracras que j’ai eu. Mais bon, bien satisfaisant quand même surtout vu le prix à 3€ le flacon en moyenne.

20200707_133902

Mardi, je me suis fait un gommage du visage assainissant. Un peu de bicarbonate de soude pharmaceutique (le grain est beaucoup plus fin que celui utilisé en cuisine mais peut être utilisé de la même façon), un peu d’huile végétale (argan ici pour l’hydratation) et une goutte d’huile essentielle d’arbre à thé, antibactérienne. Peau toute douce garantie.

20200707_212113

Mercredi, j’ai fait le henné que je reportais depuis 4 mois pour cause de flemme de temps de pause. Autant mes 1ers hennés je pesais tout au gramme près, autant maintenant je fais au feeling. Ici, j’ai mis 3 cuillères à soupe d’henné du Rajasthan, 1 de poudre de Sidr (lavante et fixant la couleur), 1 de poudre d’Amla (prévient la chute des cheveux). J’ai ajouté pour l’hydratation 1 cuillère d’aloe vera et 1 de yaourt. 3 heures de pause (il aurait fallu 4 mais pas le temps) et hop, plus de cheveux blancs, et des cheveux tout doux.

20200707_211417Ma mixure de sorcière

20200708_103145Avant

20200708_182705Après (pas sûre que vous voyez la différence en photo...)

Jeudi, j’ai ressorti mon huile pailletée. Je l’ai faite l’année dernière, un mélange d’huiles végétales mais je ne me souviens plus lesquelles, une odeur de monoï (fragrance naturelle moorea) qui sent bon l’été, et une pointe de paillettes mica or (poudre d’origine minérale). Je n’en ai pratiquement plus, mais je vais en refaire car j’adore l’aspect sur la peau et ma fille, princesse dans l’âme, m’en réclame aussi tout l’été parce que « ouahhhh ça brille ! »

20200709_090510

Vendredi, je me suis maquillée. Ouah l’exploit   Et j’ai même fait une vraie routine de démaquillage le soir avec huile, hydrolat, re huile.

Samedi, je me suis relevée pour mon challenge que j’avais complètement zappé… Alors j’ai fini ma chantilly de karité (juste du beurre de karité monté en chantilly au fouet électrique, texture fondante garantie) sur mes pieds, je n’avais pas la force de faire mieux.

Dimanche soir, endormie sur le canapé, je me suis secouée pour me passer de l’huile anticellulite sur mes cuisses. Recette dans le livre de Julien, je crois que c’est la meilleure recette du livre, ça marche mieux que toutes les crèmes hors de prix que j’ai pu acheter dans ma vie d’avant. Bon, j’en ai et j’en aurai toujours de la cellulite. Mais je vois vraiment la différence quand je l’applique sérieusement. Et l’effet kiss cool, elle contient de l’eucalyptus citronné (une odeur proche de la citronnelle) qui ne plait pas aux moustiques. Autant vous dire que celle-ci est un de mes basics de l’été.

J’ai prolongé le challenge lundi parce que le coup de la crème pour les pieds ne me convenait qu’à moitié. Je me suis fait un gommage du corps au marc de café, coupé avec un peu d’huile végétale (coco sans raison particulière) et de fragrance moorea pour l’odeur. Ce gommage est un classique aussi pour moi. En général, il me fait le visage et le corps mais là le grain que j’ai en ce moment est trop épais et donc trop agressif pour le visage. Je n’ai fait que le corps. Il est très chiant à rincer, souvent j’en retrouve sous les seins ou derrière les bras en me séchant. Là j’ai pris le temps. J’adore vraiment ma peau après, gommée et toute douce grâce à l’huile.

20200713_125904

J’ai passé un pacte avec moi-même, je vais continuer ces soins doudous qui sont au final rapide à faire pour la plupart, et vraiment efficaces.

Et cette semaine, j’ai démarré un nouveau challenge. Je retourne sur le travail de mon moi intérieur en écrivant mes propres affirmations positives. Le but étant de les enregistrer sur un fond musical. Allez, il est 21h52, j'ai eu un coup de fil entre temps, mais en vrai je dérive trop  alors à plus !

 

Posté par Sylvien5 à 21:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


Challenge 27: J'écoute mes émotions !

Ouh la la, je suis tellement à la bourre de mes posts, ça ne va plus du tout, il va falloir que je me reprenne en main. J’ai au moins 4 posts de retard, mes lectures de juin, les cadeaux aux maitresses home made et mes 2 derniers challenges… Sinon tout va bien lol

Allez, je commence par un récap des 2 derniers challenges, il faut bien prioriser.

La semaine 26 a été consacrée à me recentrer sur mon corps et sur les émotions qui le traversent. Cela n’a l’air de rien, mais ça m’a fait un bien fou. Surtout dans cette période bien dure, où je me retrouve à brasser les affaires de toute ma famille, à faire des choix rapides (je garde ou pas), à organiser l’après… Je suis vraiment contente car j’ai réussi à faire attention aux différents signaux de mon corps. J’ai pu observer où se situent plus précisément mes émotions, et, en me centrant dessus (tout en continuant à faire ce que j’étais en train de faire, je ne me mets pas en position du lotus, ni en PLS, à chaque fois qu’une sensation désagréable se fait ressentir Emoji) je parvenais à apaiser l’émotion désagréable.

Concrètement comment ça se passe ?

Prenons l’exemple de l’angoisse. Si je dois poser mon attention sur mon corps, je me rends compte que celle-ci se situe toujours au niveau de mon estomac. Je me concentre sur cette sensation, j’essaie d’en délimiter le contour. Je la prends mentalement par la main, comme je le ferai avec mon moi enfant, je lui parle intérieurement (non non je ne vrille pas, pas de souci lol), avec des mots ou pas, mais avec bienveillance, pour lui dire, OK tu es là, pas de souci, j’accepte. J’avais parlé d’un Tdex de Ilios Kotsou, docteur en psychologie, qui parlait justement de l’accueil des émotions, si vous ne l’avez pas vu, foncez !

Dans un 2nd temps, je me centre sur tout ce qui est hors de cette émotion, toujours dans mon corps. Et je check que, en effet, elle n’y est pas. Quand je suis angoissée, seul mon estomac est douloureux, inconfortable. Mais mes pieds sont biens, mes bras aussi etc. En fait, cela m’aide à personnifier un peu cette émotion désagréable, à prendre conscience qu’elle n’est pas moi, mais juste présente à ce moment-là dans une part de moi. Je ne suis pas l’angoisse, je ressens l’angoisse. Et je la calme.

Et enfin, dans un 3ème temps, je tente de faire élever ma vibration en élevant mon émotion au niveau vibratoire supérieur. De quoi je parle ? Alors là on touche à mes convictions, celles qui disent que nous sommes tous fait d’énergie, que nous « vibrons » cette énergie. Et cette énergie, selon comment on vibre, va nous élever ou pas, attirer à nous ce que l’on renvoi etc. Et même si ce concept vous parait trop perché, vous serez tous d’accord avec moi pour die que, sauf rares exceptions, ressentir de la colère, de la peur, de l’angoisse, de la tristesse, de la haine etc. n’est pas ce qu’il y a de plus réjouissant ou confortable dans nos vies. Je me suis intéressée ces derniers temps à l’échelle des émotions. Je ne parle pas de celle imagée qui aide nos enfants à les identifier avec les bonhommes souriant, joyeux, tristes.

TOP-SMALL-echelle-emotionnelle-FRANCAIS-Max-Piccinini-copieIl s’agit d’une échelle qui répertorie la majorité des émotions en les classant du niveau vibratoire le plus faible (la peur) au plus élevé (l’amour). Et, en reprenant mon exemple, je ressens de l’angoisse, je cherche alors à monter mon sentiment au niveau le plus élevé dont je suis capable à l’instant T, par exemple l’acceptation. Cette étape est pour moi totalement impossible à faire dans l’état brute de mon émotion. Mais quand j’ai fait les 2 1ères étapes en amont, le processus est naturel.

Je vous mets ici (Change ma Vie) et là (Sandrine Muller-Bohard) des liens qui vous parlent de l’échelle des émotions. Soyons franches, je ne suis pas débordée de passage ici. Alors à vous mes 4 amies qui lisez ceci régulièrement, un des 2 liens, c’est notre amie Clotilde. Merci encore Stephie pour cette découverte, je l‘écoute moins, mais j’ai trouvé à une époque des clés précieuses dans ses podcasts. Je me suis souvenue d’un coup, au cours de cette semaine, qu’elle en avait parlé, je l’ai réécouté pour la peine. Le second lien est celui de Sandrine Muller-Bohard, plus accès spiritualité, mais complémentaire pour moi.

En faisant des recherches sur le sujet, je suis aussi tombée sur l’échelle de conscience de Hawkins, qui n’a pas exactement le même classement, mais bon on s’en tape. Une émotions négatives reste une émotion négative, une positive reste positive. Mais j’ai trouvé son analyse très intéressante car il classe en niveau de bonheur les émotions et surtout propose une phrase pour monter en énergie. L’angoisse, niveau de bonheur : 12%, monter en énergie : de quoi ai-je peur réellement ? Parce que oui, une fois formulées, les peurs perdent de leurs puissances.

maxresdefault

Donc je suis bien contente de ce challenge qui ne m’a demandé aucun effort. J’ai vraiment eu la conscience de le faire dès que mon corps manifestait un mal être, et je continue. Cela n’est pas une recette miracle non plus qui garantit un bonheur constant, on reste dans la vie. Mais justement, la vie, c’est ça. Une succession d’émotions, agréables ou pas. En fait, c’est comme l’équilibre alimentaire. Il ne se fait pas sur une journée, encore moins sur un repas. C’est une moyenne. Je tends à ce que ma « moyenne vibratoire » soit de plus en plus élevée, au fil des mois, des années.

Allez, faut que je me bouge, Anna, si je suis en retard, tu sauras pourquoi Emoji

 

Challenge 25 : semaine Nature

Bonjour tout le monde !

Me voilà à publier deux challenges à la suite. Et bien en retard, alors, pour pallier au pavé, je fais 2 posts différents.

Ma semaine nature a été endeuillée par la perte soudaine de mon papa... J'ai essayé de m'accrocher à mon challenge pour tenter de garder la tête hors de l'eau. Mais les démarches pour préparer la cérémonie ont eu raison de ma semaine. Pas de temps pour le deuil quand on doit planifier, choisir, prévenir. Et la semaine suivante a été consacrée (et ce n’est pas fini) à vite vite vite trier, jeter, donner.... Mon papa était locataire. Depuis 45 ans. L'appartement où nous avons grandi, ma sœur et moi, où nous avons stocké les affaires de ma mère, celles de ma grand-mère, dont nous ne savions que faire, doit être libéré rapidement. A ces affaires, vient s'ajouter ce qui n'a jamais été jeté par nos parents au fil des ans. Bref, on ne s'ennuie pas. Mais on ne fait pas notre deuil non plus. Alors parfois, en touchant un objet, en respirant un relent de cigarillos froid, je craque, pleure un coup cachée aux wc, et je ravale mes larmes pour avancer le débarrassage. Vivement que tout ça soit derrière et que je puisse poser tout ça… Je suis en revanche méga entourée, j'ai une chance insolente d'être entourée ainsi. Entre les messages de soutien, les propositions d'aides, l'amie qui passe déposer un repas, accompagné de sucreries, de laines et de livres, l'autre qui se précipite chez moi à l'annonce du décès de mon père alors qu'il fait déjà quasi nuit et qui poireaute presque une heure car mon tel est en silencieux devant ma porte, juste au cas où j'ai besoin d'elle, celle qui fait un don à une association au nom de mon père, celles qui ont pu se déplacer le jour de l'enterrement, les autres qui étaient là par la pensée… J’ai une chance folle EmojiEmojiEmoji. Je vous mets d'ailleurs le lien de la musique que nous avons passé ce jour-là pour nous recueillir. Elle m'a été envoyée le jour où je cherchais celle qui serait adaptée à la cérémonie par une de mes précieuses... Pas de hasard… Un mantra qui signifie « Je m'incline face à l'énergie première et créatrice, je m'incline face à la sagesse subtile et divine ». Je n’aurai trouvé plus beau comme chant. Merci encore ma Stephie Emoji. Ce chant restera gravé en moi

Ma semaine nature devait comporter chaque jour une action spécifique liée à l'environnement. J'ai pu toutefois assurer 4 actions sur 7 et, au vu des circonstances, je déclare le challenge réussi ! L'avantage d'être participant et juge Emoji mais je referai ce challenge au 2nd semestre, je garde mes idées de côté.

Lundi, nous avons avec les enfants, choisis une ruche bio à parrainer via le site Un toit pour les abeilles. Nous avons désormais sous une ruche de 4000 abeilles du Vercors les noms de « Maxime et Camille » affichés. Et nous recevrons en plus des petits pots de leur miel dans l'année. Alors, je ne vous cache pas que ça fait un certain budget et que, si c'est juste pour le miel, ce n'est pas rentable Emoji De base, je voulais juste parrainer un projet ruche, je ne savais pas que nous aurions ce bonus, avec un étiquetage personnalisé en plus, c'est top.

Mardi, nous devions planter un arbre. J'ai ressenti le besoin de le faire, mais venant d'apprendre le décès de mon papa, nous avons choisi de le faire en son nom. Quelque part dans un parc naturel d’Auvergne, 4 arbres vont être plantés, un pour lui, un pour ma mère, et un pour chacun de mes grands-parents. Je suis passée par le site de Reforest action. Je trouve le principe formidable, tu peux choisir de faire planter un arbre, comme 1000. 3€ pour 1 arbre. Et plus utile que créer des forêts chez les Sims non ? Il existe aussi un système d’abonnement, des bons cadeaux à offrir... Via une carte interactive, tu peux choisir le projet qui te parle. Un geste utile et rapide pour la planète!

Capture

Jeudi, prenant mon courage à deux mains après une journée éprouvante, nous sommes partis Maxime, Camille et moi, équipés de nos gants et d'un grand sac-poubelle, et nous avons nettoyé notre rue, le parc où ils jouent après l'école, et nous avons fait un petit détour pour agrandir notre boucle jusqu'à notre retour à la maison. Nous avons ramassé 2 kg de déchets ! Essentiellement des mégots, mais aussi des emballages de goûter, des canettes, pas trop de masques, juste deux ou trois... Mes enfants étaient tellement fiers de faire ça, tellement heureux de participer au nettoyage de leur lieu de vie, que j'en étais toute émue. Alors forcément, cela a suscité des regards curieux, des encouragements aussi de la part des passants. En s'approchant du parc, Maxime a eu peur que ses copains ne se moquent un peu de lui, mais il est passé outre et un petit garçon l'a même accompagné un peu en marchant pour lui montrer quoi et où ramasser. Je ne sais pas ce qu'ils feront plus tard. Mais je suis certaine que leurs choix seront toujours dirigés vers ces valeurs de préservation de l'environnement, pour le bien-être de tous. De eux bien sûr, je veux leur apprendre à s'aimer. On ne me l'a pas trop appris à moi, histoire de géneration, de culture. Mais je veux qu'ils gardent cette notion d'utilité, celle qui donne un sens profond à la vie. Quand on arrive à dépasser le petit soi pour entrer dans un grand tout.

20200618_172744

20200618_183948

Voilà, 3 défis sur 7 cette semaine-là. Cette semaine, nous avons fini les cartes à planter que nous devions faire. Celles-ci sont pour les 3 maîtresses et 2 animatrices du périscolaire, d'autres viendront. C'est tout simple à faire. Il suffit de découper 2 fois la forme voulue dans un papier biodégradable, ici des krafts qui viennent de mon panier de courses. On peut y faire un petit dessin (au crayon de couleur, où une encre non toxique, là on a fait avec des aquarelles retrouvées chez mon père). Badigeonner l'intérieur d'un mélange eau farine (colle naturelle), saupoudrer de graines de fleurs (ici un mélange bio de fleurs mellifères pour abeilles), déposer délicatement la 2eme face et laisser sécher. Il ne reste plus qu'à les offrir. Une fois mise en terre, la carte va se décomposer et les fleurs pousseront.

WhatsApp Image 2020-07-03 at 23

WhatsApp Image 2020-07-03 at 23

Bilan : 4 défis de réalisés. Je suis fière de ne pas avoir baissé les bras. D’avoir maintenu mon cap, coûte que coûte. Je sais que ça peut paraitre étrange, mais ces petits défis hebdomadaires remplissent leurs rôles. Ils me portent, me donnent l’occasion de trouver une source de fierté, et ce, malgré les épreuves, petites ou grandes, de la Vie Emoji

Challenge 26: J'arrête de râler !

Alors ?  On suit toujours ?

La semaine dernière, mon challenge était de commencer le défi J'arrête de râler. Je me suis dit sur le coup que j'allais peut-être changer, avec tout ce qui m'attendait (et m'attend encore) car le pari me paraissait compliqué à mettre en place. Puis à la réflexion, je me suis dit que, au contraire, c'était le moment idéal. Donc me voilà dimanche soir quasi minuit, à chercher un bracelet pour commencer dès le lundi matin. Je ne sais pas si vous connaissez ce challenge de Christine Lewicki. Le principe, tenir 21 jours d'affilés sans râler. On est bien d'accord que, premièrement, cela ne se fait pas sur une semaine. Deuxièmement, cela ne se fait pas non plus en 21 jours Emoji A chaque fois que l'onse surprend à râler, hop, on change le bracelet de coté. Cela permet d'acter une prise de conscience de pourquoi et quand nous râlons !

WhatsApp Image 2020-07-03 at 23

Christine a mis 4 mois à tenir son défi, je ne me fixe pas de délai. J'avais mis en janvier ce défi à la toute fin, en me disant que, ça va, dans 6 mois, je suis laaaaarge. Mais bon, ayé, j'y suis !

Cette semaine, je voulais le démarrer correctement. Et au final, je me suis dit que, pour m'aider à relativiser les galères qui m'attendaient, ça ne pouvait pas mieux tomber.

Alors déjà dès lundi matin, gros point bonus, la reprise de l'école. Et donc moins d'occasion de râler sur mes enfants chéris. Restait quand même l'ultime épreuve du 1er lever pour retourner à l'école et le familier: " Allez allez, on se bouge, on est en retard. Maxiiiiiime je t'ai dit 15 fois de mettre tes chaussures, Camiiiiiille dépêche-toi de finir de manger argggrrrrr (bruits d'étoufement d'une maman en mode râleries)..."

Cette première heure s'est toutefois très bien passée, j'ai expliqué mon challenge à toute la maison dès le réveil, ça les a bien fait marrer, mais voilà, ils savent. C'est très fière de moi que j'ai déposé mes enfants pour l'école en cette rentrée un peu particulière de fin d'année sans râler. J'ai suggéré à mon fils (grand râleur devant l’Eternel) de le faire avec moi, que ça lui ferait du bien, mais je n'ai pas réussi à le convaincre…

Ce lundi-là, une petite magie de l'univers s’est manifestée d’ailleurs. Une fois la chair de ma chair déposée (je rends grâce au seigneur aux maitresses), je vais prendre le bus pour rejoindre ma sœur afin d’entamer le tri de l'appartement de nos parents, ainsi que les démarches administratives bien lourdes qui font suite à tout décès. « Vous avez un nouveau message ». Comme chaque lundi, il s’agit de la notification du podcast de Christine Lewicki " Wake Up, Rise Up & Shine! ". D'ailleurs, je vous le conseille, elle y traite (en français hein, je ne suis pas devenue subitement anglophone) de différents sujets de développement personnel, tels que oser être brillant, notre capacité à créer etc. Je me dis alors : chouette, je vais l'écouter pendant le trajet. J'ouvre mon appli, et là, le choc en lisant le titre de ce 14ème épisode. Tenez-vous bien : J'arrête de râler.

Si même l'univers s'y met hein Emoji

Au final, je suis toujours à mon jour 1. Je suis contente de voir que je ne râle pas tant que ça. Mon bracelet a changé de côté max 4 fois une journée. Et pourtant, j'en ai vu des galères passer... Et pour résumer mes raisons de râler principales sont : le désordre (ceci est un euphémisme, je répète...) laissé par les autres habitants de la maison (nous n'avons pas du tout la même zone de tolérance au bordel...), les gosses qui ne m'écoutent pas ou se chamaillent m'obligeant à répéter 50.000 fois les mêmes choses. Et les mouches !!! Alors je travaille sur ses points de vigilance. Je me centre sur mes espaces persos (genre mon tiroir, mon coin couture, mon évier - oui oui c’est le mien) pour qu’ils restent nets en essayant d’occulter celui des autres. Les enfants ont été expédié ce matin à leurs grands-parents (je rigole, en fait je vais passer 3 semaines sans les voir ce qui ne m’est jamais arrivé, j’ai pleuré comme une madeleine à leur départ…). Je compte cependant bien profiter de ces 3 semaines pour 1 : ralentir sur l’orga de la maison (logistique des repas, des goûters, moins de linge à laver etc.) 2 : faire un gros tri de leurs jouets, l’air de rien. Et 3 : voir mes amies, souffler, dormir… Pour mon 3ème grand point de vigilance anti-râleries, j’ai ressorti mon diffuseur d’huiles essentielles pour y mettre un mélange maison sensé faire fuir les mouches. Et ça a l’air de fonctionner pas trop mal.

Ce challenge me permet en fait de mettre le doigt sur ce qui m’agace vraiment et surtout de réfléchir à comment contourner ces sources de râleries. Parce que, râler, en vrai, ça ne me fait pas du bien. On pourrait croire que c’est une façon comme une autre d’exprimer ses émotions. Mais les exprimer de façon négative n’arrange en rien la situation.  Au contraire. J’essaie vraiment de travailler en ce moment sur l’échelle de mes émotions afin de faire monter mon niveau d’énergie. Et là, je glisse l’air de rien sur le thème de mon challenge 1 de ce nouveau semestre. Parce que, l’air de rien, putain (désolée, mais sur ce coup-là, j’ai le droit ! et puis c’est mon blog alors je dis ce que je veux, na !), je viens de faire 6 mois de challenge hebdomadaires quoi !!!! Bravo à moi !

Cette semaine, donc, j’écoute mon corps. Je ne parle pas que de « Oh la la je baille, je suis fatiguée je vais au lit ». Ni de « Je m’arrête de manger car je n’ai plus faim ». Non, je creuse plus profondément. Je veux voir où se situent exactement les émotions qui surgissent afin de mieux les accueillir et surtout les dégager plus vite (les négatives hein, les autres je les garde). Je pratique aussi le silence par moment, en faisant quelque chose de banal, pour mieux me centrer. J’arrive déjà à la fin de la semaine, je vous raconterai mieux la semaine prochaine lors du bilan. Mais je peux d’ors et déjà vous dire : Purée, c’est fou comme ça marche !

Posté par Sylvien5 à 23:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Challenge 24: découverte de nouveaux blogs – chaines You Tube

Alors petit bilan de ma semaine découverte de nouveaux blogs – chaines You Tube.

Je vous explique, il y a plusieurs blogs et chaines YouTube qui m’intéressent mais je ne prends pas le temps de m’y poser vraiment because il y a toujours une tâche moins drôle à faire genre nettoyer l’arrière des WC. Ouaip, je suis en mode glamour aujourd’hui !

Donc cette semaine, j’ai pris le temps de naviguer sur 1 blog à fond, 2 autres mais plus rapidement et 2 chaines YouTube (1 encore à creuser). Je pensais que j’aurais exploré plus profondément ceux que j’ai juste « visité », mais si on veut prendre le temps de lire, de prendre des notes, commenter… ben il faut plus que 10 minutes par-ci par-là.

Alors débrief, on commence par les blogs.

blog-793047_1280

Petite aparté, déjà, j’ai toujours eu une passion pour les blogs. J’adore ces tranches de vies, les histoires associées, entrer un peu dans la vie des gens. J’ai suivi des bloggeuses « couture et tricot » qui m’ont inspirée, notamment « Une poule à petit pas ». Je l’ai suivie enceinte de son 3ème, elle m’a motivée à coudre, tricoter, je suivais ses filles qui grandissaient, son fils qui fait ses 1ers pas etc. Il y en avait d’autres aussi comme « Des étoiles et des pois », «By-Iaorananou » aussi qui avait lancé l’opération « Un snood pour un sans-abri » dont j’avais été la marraine une année. Et puis Instagram est arrivé. Et là, ça a été l’abandon total-partiel de leurs posts au profit de ce réseau. J’ai fini par me faire un compte pour les suivre. Je ne vous raconte pas la joie quand, rarement, j’ai une notif dans mes mails sur un nouveau post. Bon, ce réseau m’a fait découvrir pleins d’autres personnes au top, je ne crache pas dessus non plus hein !

Bref, malgré ça, les bloggeuses sont là. Je vous cite régulièrement le site de mon amie Cha, « Famille JmeBouscule » qui nous partage sa vie de famille, ses créations couture, cuisine et autres, ses joies, ses peines. Bref, sa vie, le tout avec une plume toujours légère et piquante.

Alors cette semaine, je tenais à explorer en priorité le blog de ma plus vieille amie, Stéphanie. Pas la plus vieille dans le sens où elle a 123 ans hein. La plus vieille car on se connait depuis la 6ème, soit … euh… bon Steph, faut qu’on arrête de compter là, on va fêter nos 33 ans d’amitié, l’âge du Christ, ça c’est fait ! Je ne sais pas si vous avez la chance d’avoir autour de vous quelqu’un que vous pouvez qualifier de solaire. Stéphanie est solaire ! Lumineuse, belle, gaie, positive. Une vraie ressource pour moi et pas que d’ailleurs, elle enchante sa famille, ses amies. Et elle est même ambassadrice « J’arrête de râler ! » c’est tout dire.

Quand elle a créé son blog, je me suis direct abonnée. Mais je ne comprends pas pourquoi, ses newletters arrivaient toujours dans mes spams. Et moi, bloquée dans mes principes, c’était ou je lisais en prenant du début, ou pas. Et comme, comme d’hab, le temps passe, ben voilà, plein d’articles en retard. Et en 3 jours, j’ai tout rattrapé. J’ai même pris des notes tellement son blog est inspirant. Vraiment, allez-y ! Steph est coach en orientation scolaire et nous présente dans « Un ado à la maison » plein de conseils afin de (mieux) communiquer avec nos grands et les aider à s’orienter (pas une mince affaire). C’est marrant comme sa réorientation à elle fait écho avec mon nouveau job à moi en fait… Mais perso, je peux appliquer déjà pas mal de ses conseils à mes enfants car elle y parle aussi de comment maintenir une ambiance heureuse et familiale chez soi, comment rester zen aussi, à travers pleins de conseils, de partages de lectures… Elle y retrace aussi des interviews avec des mamans d’ado. Bref, diversifié et intéressant, le format est génial. Steph, j’ai adoré ces 3 jours passés avec toi ! Quand je sens la cocotte monter, je danse ; je prépare mon prochain rituel en famille ; j’ai glissé un mot doux dans les trousses de mes enfants ; j’ai noté les liens pour le jour où Camille aura ses 1ères règles (oui je sais j’ai le temps mais je me suis déjà renseignée il y a bien 1 an sur les culottes de règles alorsEmoji) ; j’ai montré le tableau des 8 intelligences à Maxime ; j’ai décidé de ne plus subir ; j’ai noté pour mon taf la méthode ELFE ; j’ai trouvé des idées de prochains défis…. Stéphanie, tu as toute ma gratitude, là, maintenant !

Ensuite, j’ai enchainé avec le blog de Cécile, de «Prioriser et profiter ». Je l’ai découverte pendant le confinement, je vous en ai parlé, elle propose des cahiers numériques à thèmes sur le journaling. En gros, c’est le principe du journal intime, mais elle propose des questions pour aider à avancer (slow, stress…). Son blog est dédié au slow living, principe qui me parle. Quand j’arrive à poser du slow dans ma vie, je sens bien que je n’en suis pas moins productive, juste plus zen. Son cahier « 30 questions de journaling pour les périodes de grand stress » a été une des clés qui m’a aidée ces 2 derniers mois à prendre conscience de ce vers quoi je veux aller, et ce que je veux laisser derrière moi. Cette semaine, elle fête les 1 an de son entreprise et a mis tous ses cahiers à 50% (code ANNIVSLOW1). J’avais prévu de la soutenir en lui prenant le cahier 365 jours de journaling pour ralentir, du coup j’ai pris aussi le cahier de 52 défis slow (il n’y a pas de hasard non ? je tombe sur elle et elle sort ce cahier !). Je voulais le prendre en janvier prochain, mais au final, je suis ravie de le feuilleter en avance et si je coince pour les 26 prochains défis, je piocherai dedans ! Pour en revenir à son blog, je ne l’ai pas assez approfondi, je vais continuer à fouiner. Mais les articles que j’ai lu font écho. Elle a aussi une chaine You Tube qui y est associée. Je trouve le lien entre les 2 plateformes très intéressant.

20200616_000341Alors au passage, mes cahiers, petit tour de présentation de ceux que j'utilise en ce moment. On retrouve ici mon bullet créatif, mon journal d'écriture, mon bullet (agenda) quotidien, mon cahier de recettes de cuisine, mon carnet spécial défi et mon carnet de tout (prises de notes, to do list, menus de la semaine... qui me suit partout. Passion cahier Emoji et mes stylos Emoji bien sûr, paper mate à fond, no comment OK!

Dernier blog de la semaine, La salade à tout. Grande sœur de Cécile d’ailleurs, j’ai connu cette dernière via le compte de Marie. Donc, si vous ne connaissez pas Marie, foncez la découvrir. Elle est l’une des 2 créatrices du groupe Facebook Gestion budgétaire, entraide et minimalisme (Les licornes quoi ! Merci encore quelques années plus tard pour cette découverte Cha !). Elle est aussi co-autrice du livre « J’arrête de surconsommer » et de « L'abus de consommation responsable rend heureux ». Ce compte FB m’a littéralement remontée à la surface au niveau financier quand je m’enfonçais dans la galère. Et il est en parfait accord avec mes convictions ZD, écologie etc. (promis je ne vous embête pas avec ça auj !). J’ai fermé mon compte FB il y a bien 3 ans, seul ce groupe m’y manquait. Puis, au détour d’une publication, je suis tombée sur la page de Marie sur Instagram. Et là, je prends plaisir à la lire, à l’écouter. Elle est d’une fraicheur sans prise de tête que j’adore. J’avais donc tout naturellement mis son blog sur ma liste. Mais au final, il s’agit de la plupart de ses posts Instagram, donc je les avais déjà lus. Je me suis quand même abonnée à sa newsletter car je sais qu’elle ne la reproduit nulle part. Et je dois à tout prix lire ses livres !

Et enfin, mais pas des moindres vu le temps que j’y passe, j’ai passé ma semaine à écouter les vidéos mises en lignes sur You Tube

istockphoto-497298355-170667a

par Sandrine Muller Bohard, guérisseuse et chamane (si si, je rigole pas lol). Je vous en ai déjà parlé, ce sont ses affirmations positives que je fais tous les matins. Et c’est suite à sa vidéo sur le tableau de visualisation que j’ai fait le mien. J’ai écouté ses histoires sur la magie de l’Univers, sur les chakras, les méditations, les anges… ça peut paraitre perché, je l’entends. Moi ça me ramène juste à tout ce que j’ai pu vivre dans mon enfance, mon adolescence. Et ce qu’elle dit est en totale cohérence avec ce que j’ai toujours ressenti sur l’invisible. Je me suis sentie boostée, et les choses bougent enfin autour de moi.

Coquelicot

Donc bilan : je n’ai pas arrêté cette semaine de trouver des choses qui me font du bien. Chouette non ? Donc même si je n’ai pas fait tous les blogs que je voulais, j’ai vu ceux qu’il fallait. La vie est bien faite !

Cette semaine, retour au source. Je vous ai dit que je ne vous embêterais pas aujourd’hui avec mes convictions écolo. Ce sera pour mieux vous raconter la semaine prochaine ahahahah. Donc cette semaine, ce sera 1 jour, 1 action Nature. Et là, mes enfants sont clairement associés à ma semaine. Je ne vous en dis pas plus, surprise, mais une semaine trop chouette nous attend (et a bien commencé même aujourd’hui). Allez, je vous souhaite une belle semaine !

Challenge 23: yoga du visage

Hello tout le monde !

Alors le challenge de la semaine : yoga du visage. Mouahahaha non en vrai je m’en fous de faire faire du yoga à mon visage. L’exercice était de gommer un peu mon double menton et c’est tout ! En fait, pour tout vous dire, le gros avantage de vieillir, c’est de prendre du recul avec mon corps. Je n’attends plus de lui qu’il ressemble un jour à ceux photoshoppés des magazines que je ne lis plus. Au contraire, je le célèbre et lui rends grâce. Bon OK, là j’abuse un peu Emoji. Mais ce corps, cela fait 43 ans qu’il me porte. En bonne santé. Il se rappelle à moi parfois, mais c’est juste pour que je m’écoute-l’écoute un peu plus. Il me parle avec ses mots-maux. Mais il va bien. Il m’amène là où je veux. Il a mis facilement au monde 2 merveilleux enfants, que j’ai pu allaiter aussi, longtemps. Je pourrais lui faire faire plus d’exercices. Mais pas pour sa silhouette, juste pour qu’il m’accompagne le plus longtemps possible en pleine forme. Bref, à bas mes complexes de jeune fille, ceux qui faisaient que je n’osais pas me mettre en maillot de bain 2 pièces, porter une jupe au-dessus du genou sans collants opaques, m’habiller et me déshabiller comme je le voulais, juste parce qu’il y avait mieux que moi. Forcément. Vous voyez de quoi je parle non ? Je sais bien qu’elle ne m’écoutera même pas la Sylvie de 20 ans si je venais aujourd’hui lui glisser à l’oreille combien on s’en fout de tout ça. Alors je remercie mon corps d’aujourd’hui. Et...

fleurs-carpe-diem_83277-1509

Par contre, celui-que je n’arrive toujours pas à accepter, celui qui me complexai déjà plus jeune et qui, avec la gravité, commence à descendre de plus en plus bas (je ne parle pas de mes seins, même si je pourrai Emoji), c’est mon double-menton. Parce que celui-là, il me gâche le plaisir de me voir en photo avec mes enfants. C’est très rare que je fasse des selfies avec eux. Alors je collectionne leurs instants de vie, mais sans moi. Et là, en triant, je me rends compte que je n’ai quasi aucune photo de ma mère, jeune ou moins jeune, car elle détestait se voir en photo. Un peu plus de ma grand-mère à 94 ans vu que, comme elle ne marchait quasi plus, elle ne pouvait plus s’enfuir (ni déchirer celles que j’avais développées à l’époque où on ne pouvait pas pré visualiser sa photo si si, elle m’a fait le coup plus jeune). Donc là, j’ai décidé de m’en occuper. Ah et désolée pour la tronche, je ne souris volontairement pas pour garder les muscles du visage au repos pour avoir un vrai aperçu du changement (ou pas):

20200601_095748AVANT: lundi 01 Juin (vous le voyez le goitre là, beurk)

20200608_163107APRÈS: lundi 08 juin (oui il est encore là, pas de magie non plus lol)

Bon, effet de mon imagination ou pas ? J’ai l’impression que le contour de mon menton s’est un peu lissé. J’ai fait cette vidéo-là, ( je n'en ai pas cherché d'autres, la 1ère était la bonne pour moi) mais à ma sauce, c’est-à-dire sans la version zen de "j'inspire, j'expire, je souffle..). Elle propose 2 exercices assez similaires, un où il faut avancer le menton et l’autre où il faut ouvrir et fermer la bouche. Cela ne me prend que 3 minutes, matin et soir, je pense que je vais garder ce rythme le plus possible, en gardant sûr une fois par jour. La photo avant – après n’est pas très significative pour le coup (sauf que je vois mon père sur la 2ème et ça c’est effrayant lol) mais je vais persévérer.

Sinon, je suis un peu deg. Cela fait 2 semaines que je décale mes challenges because il ne fait pas beau et celui que je repousse doit se faire sous des jours d’été. Bon donc, je vous présente le challenge de la semaine : 1 jour – 1 blog/1 chaine. J’ai une liste de sites à voir-à lire depuis belle lurette mais je ne prends pas le temps nécessaire pour le faire. D’où l’intention de cette semaine.

P’tite aparté, je suis en train de refaire le tour de ces presque 6 mois de challenges pour préparer les 6 mois prochains. Je sais déjà ce que je veux refaire ou pas. J’ai quelques autres défis qui me trottent en tête. Mais il me manque pleinnnnns d’idées. Alors si vous en avez qui trainent, je prends Emoji

Posté par Sylvien5 à 18:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]